Les différents principes d’extraction végétale

La plupart des huiles végétales sont issues de fruits d’oléagineux ou de graines.

Afin de produire l’huile « finale », ces derniers subissent une préparation : les feuilles et les tiges sont retirées, les graines sont décortiquées et parfois chauffées légèrement afin de fluidifier l’huile et en augmenter le rendement.

Il existe différentes méthodes d’obtentions des huiles végétales.

 

1. Certaines huiles sont obtenues par PRESSION

Les machines à presser les oléagineux sont de différents types :

  • la presse hydraulique (la plus fréquente) : Les fruits secs sont pressés à froid afin d’offrir une huile végétale vierge d’une excellente qualité. Les huiles ainsi produites sont étiquetées « première pression à froid » : un choix à privilégier pour garantir une alimentation saine et un procédé respectueux de la richesse de la nature.
  • la presse à percussion
  • la presse à vis sans fin

Les huiles vierges sont commercialisées à ce stade, au sortir du pressoir. C’est à ce stade que les huiles sont les plus riches en molécules actives.

Il convient de privilégier l’extraction la plus respectueuse des matières premières : l’extraction à froid.

Porter son choix sur une huile végétale vierge permet de s’assurer d’utiliser une huile conforme à des critères stricts fixés par la réglementation :

  • Production utilisant des moyens mécaniques (excluant l’utilisation de solvant) avec extraction à froid (température inférieure à 40°C).
  • Clarification de l’huile par décantation et filtration (moyens physiques) : afin d’éliminer humidité, particules en suspension, cire etc.
  • Exclusion de tout procédé de raffinage.

La majorité des huiles végétales utilisées dans les soins les inspyrées sont obtenues par pression à froid

 

2. Les huiles industrielles subissent le RAFFINAGE

Le but de ce procédé est d’obtenir une huile standardisée, uniformisée : même couleur, même odeur, même saveur.

Pour optimiser le rendement, on fait subir à l’huile différents traitements :

  • L’hexane (solvant chimique qui provient de l’industrie pétrolière) est le plus fréquemment utilisé. L’hexane est destiné à dégraisser le résidu des graines broyées. Puis la distillation vise à éliminer le solvant afin d’obtenir l’huile. Si cette méthode s’avère la plus rentable (car elle permet de récolter une quantité bien supérieure d’huile), elle est néanmoins la moins saine puisqu’il est très probable que des résidus de solvants se retrouvent dans l’huile ainsi obtenue.
  • Les acides gras libres de l’huile sont neutralisés avec de la soude (soapstock),
  • L’huile est ensuite décolorée sur des charbons actifs ou des terres blanches,
  • L’huile est enfin désodorisée par injection à vapeur d’eau à 180°C sous vide.

Pendant ce raffinage, l’huile perd les téguments, sa couleur d’origine, son odeur et tous ses insaponifiables, qui complètent ses vertus. 

Le raffinage répond a un système d’extraction orienté vers le rendement et vers l’économie.

Aucun de nos soins ne renferme d’huiles obtenues par cette méthode d’extraction.

3. L’EXTRACTION AU CO2 SUPER-CRITIQUE

L’utilisation du CO2 supercritique (CO2 SC) comme solvant d’extraction de molécules organiques à partir de plantes est l’application la plus ancienne et la plus développée à l’échelle industrielle.
Le CO2 de par ses propriétés physico-chimiques est le fluide supercritique le plus utilisé. Ce gaz est particulièrement approprié à l’extraction végétale. Le CO2 est le fluide supercritique le plus utilisé car il présente des avantages notables : non toxique, non polluant, non inflammable, largement disponible à de très hauts degrés de pureté (jusqu’à 99,99999 %).
Le principe de l’extraction végétale utilisant le dioxyde de carbone supercritique (CO2 SC) repose sur la forte variation du pouvoir solvant du CO2 en fonction des conditions opératoires (température et pression), ce qui permet d’extraire sélectivement les molécules selon leur nature chimique.

Les avantages de l’ECO-EXTRACTION AU CO2 SUPERCRITIQUE :

. Pas de dépôt ou de sédiments dans le produit,
. Pas d’impact lié à l’oxydation ou à la température élevée sur les acides gras polyinsaturés car élimination totale de l’oxygène dans le processus à l’origine de l’oxydation des huiles (car pas de contact avec l’air)
. Pas de perte de composants naturels actifs comme les vitamines, les molécules qui ont gardé toute leur intégrité et dont les plus fragiles (thermosensibles) seront beaucoup plus présentes que dans les autres modes d’extraction. Le CO2 super critique est employé à une température d’environ 30 °C, ce qui évite d’abîmer les huiles.
. Pas de formation d’acides gras trans.
. Recyclage du CO2 ; une fois que le CO2 a traversé la matière et est récupéré intégralement.
Notre huile de baie et de pépins d'Eglantier (ou rosier sauvage) est obtenue par extraction au CO2 supercritique.

4. Une méthode innovante : OLEO-ECO-EXTRACTION d’Oléos – OLEOACTIFS®

Ces Oléoactifs® sont commercialisés par la société française Oléos, fondée par Anne Rossignol. Celle-ci a mis au point un procédé unique d’oléo-éco-extraction qui permet de produire des composés bio-actifs 100 % naturels aux résultats cliniquement prouvés (in-vitro et in-vivo).

Ce procédé – breveté en 2010 – s’inspire de technique d’extraction utilisées depuis bien longtemps :
• L’enfleurage, qui repose sur la capacité des corps gras à extraire naturellement le parfum contenu dans une fleur par simple contact.
• La macération, qui correspond à une infusion à l’air libre. On l’associe également avec l’enfleurage à chaud qui consiste à utiliser des corps gras préalablement chauffés pour y infuser des fleurs ou autres composés odorants.

Utilisant les huiles végétales, les beurres ou les cires comme solvants verts, du fait de leurs propriétés physico-chimiques particulières, l’oléo-éco extraction est un procédé vert innovant et performant, purement physique, sans produit chimique ni solvant organique. Ce procédé ne génère aucun rejet et aucun polluant, et respecte ainsi la santé et la sécurité des opérateurs ainsi que l’environnement.

Ainsi, l’oléo-éco extraction, procédé non chimique, s’inscrit dans une démarche éco-responsable, en accord avec le développement durable. Les plantes sont choisies de manière à ne pas avoir d’impact sur la biodiversité.

OleoActif BIO Myrte-Olivier, lutte contre le stress oxydant

L’oléo-éco extraction utilise le pouvoir solvant des huiles végétales pour extraire les molécules actives contenues dans des végétaux, fleurs, fruits, feuilles, racines, et pour les concentrer dans un vecteur huileux, le tout sous atmosphère inerte. Ce procédé intensifie le pouvoir solvant du corps gras grâce à l’activation énergétique apportée par des micro-ondes à haute densité de puissance et couplée à des ultrasons à basse fréquence. En quelques minutes seulement, cet apport en énergie permet d’ouvrir les cellules végétales et de favoriser le passage dans le vecteur huileux des composés lipophiles (acides gras, phytostérols, caroténoïdes…) mais aussi de composés plus polaires ou amphiphiles tels que des flavonoïdes et des polyphénols. On obtient donc un extrait huileux enrichi en actifs végétaux, dénommée Oléoactif®, qui se présente comme une huile micro-structurée bioactive et stabilisée. Cette technique permet d’obtenir des éco-extraits huileux facilement reproductibles, non oxydés, ayant de hauts rendements en molécules extraites, stables et aux caractéristiques organoleptiques optimisées.

Ce procédé performant permet d’aller chercher les molécules actives de la plante pour en enrichir les huiles en principes actifs concentrés et stables.

Leave a Reply