LA DERMATITE PERI-ORALE : une dermatose fréquente mais peu connue

La dermatite péri-orale (DPO) est une dermatose faciale fréquemment rencontrée. Il n’existe pourtant pas d’études épidémiologiques sur l’incidence de cette pathologie.

La DPO touche surtout les sujets caucasiens, et prédomine chez la femme entre 15 et 45 ans.

Souvent un terrain de xérose cutanée (dessèchement de la peau) ou de dermatite atopique modérée est retrouvé.

La localisation est majoritairement péri-orale. Une atteinte péri-nasale ou péri-oculaire est possible. Deux ou trois localisations peuvent être associées chez une même personne.

Causes et signes distinctifs de la DPO

Les causes de la DPO ne sont pas encore complètement connues, mais une corrélation étroite a été trouvée avec l’application prolongée de corticostéroïdes topiques et l’utilisation de produits cosmétiques contenant des substances potentiellement irritantes.

Dans la DPO on retrouve une altération de la barrière épidermique, ce qui la distingue de la rosacée.

Cette altération favorise une sensation de tension ou de sécheresse cutanée qui entraine à son tour une augmentation de l’application de topiques stéroïdiens ou de cosmétiques. Il s’en suit une réaction inflammatoire avec les lésions de DPO.

La corticothérapie locale aggrave les signes cliniques et est donc contre-indiquée dans la DPO.

Diagnostic de la dermatite péri-orale

L’atteinte péri-orale symétrique est classique : typiquement la zone péri-labiale directe (3-5mm) et les lèvres sont épargnées. Les lésions peuvent s’étendre aux plis naso-labiaux ou aux joues.

La DPO débute par un érythème bien délimité surmonté de papules et vésicules, plus rarement de papulo-pustules. Une fine desquamation des zones érythémateuses est fréquente, la peau saine périphérique est fréquemment séborrhéique .

L’atteinte la plus fréquente est péri- orale avec atteinte des plis naso-labiaux.

L’atteinte péri-oculaire est localisée à la partie externe des paupières inférieures.

Les patients se plaignent de douleurs à type de brûlures ou de sensations de tension cutanée.

Les facteurs aggravants sont l’exposition solaire, le nettoyage excessif avec des savons ou détergents ainsi que l’utilisation excessive de produits cosmétiques et de dermocorticoïdes.

Nos recommandations pour soulager et faire disparaître la dermatite péri-orale de façon naturelle :

Le premier traitement consiste en une thérapie « zéro » ou abstention thérapeutique ou diète.

Cette étape est indispensable mais il faut savoir que cela va être très difficile. Les sensations d’inconfort, de brûlures, de tiraillements vont s’accentuer, ce est est normal. Cette phase dure pendant 2 semaines en général. Ensuite pour peau va se réparer petit à petit, cela va prendre encore plusieurs semaines ; la couche cornée va se régénérer naturellement.

Durant la période d’abstention thérapeutique (ou diète), nous vous conseillons une routine visage minimaliste.

Pour nettoyer le visage, nous vous conseillons d’utiliser quotidiennement uniquement de l’eau tiède (pas chaude) tant que la dermatite périorale est présente.

  1. Vous pouvez utiliser notre soin démaquillant MISE À NU(E) 2 fois par semaine pour un nettoyage plus prononcé mais très doux.
  2. Utiliser ensuite le tonique floral La CAMOMILLE, cet hydrolat aromatique possède des propriétés apaisantes et anti-inflammatoires fort utiles. Puis tamponner délicatement avec un linge propre.
  3. Si les tiraillements, échauffements sont trop intenses (ce qui est fort probable), vous pouvez appliquer autant de fois que que vous en ressentez le besoin de l’Huile première d’INCA INCHI. La richesse exceptionnelle de cette huile végétale en acides gras omégas 3 et 6 lui permet d’apaiser les rougeurs de la peau tout en maintenant son élasticité.

Durant cette période, n’utilisez aucun fond de teint occlusif, éventuellement une poudre minérale libre, légère.

En cas d’échec (après 8 semaines d’abstention thérapeutique), nous vous recommandons une consultation chez un dermatologue.

Un traitement local par antibiotiques (métronidazole ou érythromycine) ou par pimecrolimus pourra être proposé.

Les traitements généraux sont à éviter en première intention devant l’innocuité de la maladie et devant l’évolution en général rapidement favorable après arrêt de toute application de dermocorticoïdes et de cosmétiques. Ils sont à réserver aux cas rebelles et résistants aux traitements locaux bien conduits.

Nos conseils pour éviter que la dermatite péri-orale ne se ré-installe

Pour éviter que la dermatite péri-orale ne se reproduise, il est donc utile de poursuivre la suspension de ces produits pendant un certain temps, même lorsque le problème est résolu. Dans le même temps, il est conseillé d’éviter autant que possible de vous exposer au soleil, car les rayons UV aggravent la situation.

Une fois le problème résolu, il est conseillé d’éviter l’application de produits cosmétiques contenant des substances potentiellement irritantes telles que la paraffine, la vaseline, le myristate d’isopropyle etc… afin d’éviter toute récurrence.

Si ils ont bien été identifiés au cours de la procédure de diagnostic, évitez les facteurs de déclenchement inpiduels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *